APT - National Trust Joint Conference 2017


 

 

 APT – National Trust Joint Conference 2017, Ottawa, October 11 to 14:
CAPITALizing on HERITAGE: Community, Government & Savoir-Faire

Conférence conjointe APT–Fiducie nationale 2017, Ottawa, du 11 au 14 octobre
NOTRE CAPITALe, NOTRE PATRIMOINE : Collectivité, gouvernance et savoir-faire

Call for Abstracts

Conference Theme
An historic capital city and a major milestone offer the perfect opportunity to explore how people, policy, and preservation practice intersect to renew landmarks, protect what matters, and create vibrant places.

Ottawa is the place to be for Canadian Confederation’s 150th anniversary celebrations. Embracing the historic opportunity, the Association for Preservation Technology International and the National Trust for Canada have joined forces to create CAPITALizing on HERITAGE, expected to be the largest gathering of conservation practitioners and advocates ever mounted in Canada. Conservators, architects, engineers, heritage planners, craftspeople, policy makers, construction managers, cultural landscape specialists, preservationists and strong community voices will come together to share the best in technology, policy, means and methods for preserving and renewing heritage buildings, sculptures, districts and engineering works.

Ottawa is a veritable heritage hub: the ancestral territory of the Algonquin Anishinabeg; a logging town at the confluence of three rivers, transformed to serve as the seat of Canada’s national government; and a modern research, academic and high tech hot spot, alive with innovative conservation, construction and development projects led by both “Town & Crown,” private and public sectors. The conference will capitalize on this rich blend of history, place, ritual and expertise for a truly memorable and inspiring event.

Reflecting this diversity, CAPITALizing on HERITAGE will provide an extraordinary opportunity with seven conference tracks organized into three technical tracks, three cultural/community tracks and one track exploring the intersection of policy and technical issues. The papers within each thematic track will range from macro to micro in scale, with subject matter as diverse as cultural landscapes, non-destructive testing, heritage advocacy, engineering, sustainability, and project financing.

Conference Tracks

SAVOIR-FAIRE: TECHNIQUES & TECHNOLOGY

Track 1: DOCUMENTATION AND DIAGNOSTICS – UNDERSTANDING HISTORIC PLACES
To succeed in rehabilitation and preservation, we must first fully understand the existing condition. This track covers the evolving and latest research, documentation, measurement, non-destructive evaluation, testing, modeling and diagnostic tools for the historic preservation of buildings, engineering structures, and cultural landscapes.

Topics may include:

  • Process: Best practices for heritage recording, survey and documentation from the macro (e.g. cultural landscapes) to the micro (e.g. building components, systems and materials). From proven traditional techniques to emerging technologies such as scanning, photogrammetry, and digital models;
  • Technology – Macro: Finding the right balance between non-destructive evaluation (e.g. ground penetrating radar, thermography, metal detection) and intrusive methods to document the construction and the condition of hidden components;
  • Technology – Micro: In-situ and laboratory testing to select physically and chemically compatible repair and replacement options of materials and assemblies;
  • Information Management: Compiling and managing information to serve through all the project phases and beyond into maintenance. The use of heritage data bases and Building Information Modeling in the preservation context;
  • Analysis: How have these processes changed over time and what are the best methods that have emerged? How these methods and tools can be applied across a range of projects, from a large budget complex to a small heritage home.

Track 2: DESIGN – PLANNING THE CONSERVATION OF HISTORIC PLACES
The ongoing evolution of current building and energy codes and other regulatory requirements means that there is potential for “bad things happening to good buildings.” This track discusses preserving heritage fabric through advanced materials conservation, and sensitive integration of new systems to meet contemporary programmatic requirements and improve performance.

Topics may include:

  • Design Challenges – Macro: Overall code compliance and accessibility requirements in historic buildings;
  • Design Challenges – Micro: Integration of new systems such as seismic, security, blast protection, lighting, mechanical and electrical;
  • Technology – Micro: In-situ and laboratory testing to select physically and chemically compatible repair and replacement options of materials and assemblies;
  • Mitigation Techniques: Evaluating and mitigating potential impacts of design changes on heritage fabric through modeling, design mock-ups and simulations for such aspects as structural and hygrothermal behaviour;
  • Material Sourcing and Selection: Sourcing heritage materials that are difficult to obtain commercially; selecting and testing compatible repair materials, methods and techniques (e.g. mortar, wood, metals);
  • Hazmat: Assessing impact of hazardous materials on preservation practices (lead, mold, asbestos, etc.);
  • Preserving the Modern: Unique challenges in preserving and rehabilitating Modern-era buildings and campuses; building on APT's new Guidelines for Renewing the Modern (e.g. adding metrics, improving usability);
  • Sustainability: Heritage preservation as a driver of sustainability: addressing the new “carbon economy.”

Track 3: DELIVERY – INTERVENING IN HISTORIC PLACES
All the understanding and planning of a preservation project for a historic place can be thwarted if there is a failure of execution. Collaboration between the consulting and construction teams is critical to ensure that actions are carried out correctly both on site and in managing/administering the project. This track explores best practices for achievement, through case studies and vetting the latest guidelines.

Topics may include:

  • Protection: Protecting heritage fabric during construction through temporary removals or installation of environmentally controlled protective enclosures;
  • Quality Control – Macro: Ensuring interventions are properly conducted through requiring qualified personnel, and the correct tools, materials and techniques;
  • Quality Control – Micro: Monitoring and commissioning of materials and building assemblies; quality control processes in the lab, shop, and on the construction site;
  • Project Delivery and Management: Opportunities and challenges for conservation projects;
  • Long-term Monitoring and Maintenance: Building the long-term into the specifications;
  • Special Needs of Large Projects and Campuses: Management challenges, increased demand for collaboration, etc.

INTERSECTION

Track 4: POLICY and PRACTICE
Conservation practice, government actions, regulations and standards, and community concerns are intertwined. Together they create a “climate” for conservation that shapes what is possible, which projects get done and how they turn out. This track will explore the role governments, heritage advocates, practitioners, and professionals at all levels can and must play in creating a culture of conservation.

Topics may include:

  • Public Projects: Exemplary public conservation projects that illustrate best practices on topics such as planning, procurement, management, and financing (e.g. large scale government complexes, consolidated courthouses, hospitals, or city halls);
  • Public Policy: Exemplary public policy measures that create a climate for conservation (e.g. offering incentives, removing barriers, devising standards), including compare and contrast reviews of circumstances in Canada, the US, and other countries;
  • Regulations and Guidelines: How codes, zoning, tax credits and other incentives, green ratings systems, and guidelines collide with or support technical, conservation, and design considerations;
  • Taking Action: How professionals, public policymakers and heritage advocates can change the game for heritage, deliver successful projects, and create a booming conservation industry.


COMMUNITY

Track 5: CANADA 150 – INDIGENOUS HERITAGE, DIVERSITY, and NEW DIRECTIONS
Canadian Confederation’s 150th anniversary and other milestones – the US National Historic Preservation Act (1966), Historic Sites and Monuments Board of Canada (1919) – present an occasion to reflect on the future relevance of conservation in Canada, the US, and beyond. While the heritage preservation movement has worked to empower people to share the meanings of the places that matter to them and to work for their protection, not all perspectives/traditions have been given equal consideration. How do we better integrate diverse meanings and approaches to cultural, heritage and property ownership to build a movement relevant to our future? How do we demonstrate more clearly the connection between heritage conservation and broader societal goals?

Topics may include:

  • Indigenous | Non-Indigenous Exchange: How Indigenous approaches to heritage and its protection can transform non-Indigenous conservation practice; how the heritage sector is responding to the reconciliation movement in Canada;
  • Diversity: Integrating a broader view of heritage that reflects and honours diverse cultural, religious, or class backgrounds; addressing the multi-layered nature of existing landscapes, including sites of conscience;
  • Shifting Perspectives: Reflections on expanding understandings of “heritage” (e.g. intangible, vernacular, placemaking), and broader goals like sustainability;
  • Social Purpose of Heritage: How the preservation of heritage places can actively address social concerns (e.g. social cohesion, public health, affordable housing, reconciliation.

Track 6: INTEGRATING OLD AND NEW – BUILDINGS, DISTRICTS, and LANDSCAPES
Infill, additions, façade retention, new construction in historic landscapes – heritage advocates and practitioners continue to wrestle with what makes a “successful” preservation project. Conservation standards in both the US and Canada are based on the principle that new additions be compatible with, subordinate to, and distinguishable from historic places. In practice, evaluating proposed interventions against these standards creates tensions. Where does value lie, and what constitutes quality, context-sensitive design?
Topics may include:

  • Principles and Challenges: Applying conservation theory and guidelines; reflections on issues such as façade retention and building relocation;
  • Additions and Adaptive Re-use: Issues that arise in significant heritage buildings, historic urban fabric and new interventions – both visual and physical;
  • Cultural Landscapes: Inserting new buildings, layers, or uses into cultural landscapes;
  • Intensification: Managing intensification in heritage areas;
  • Tools and Action:Examination of available tools: heritage inventories, guidelines, etc.; innovative examples of community action assisting in successful historic place interventions.

Track 7: REGENERATION – COMMUNITY, ECONOMICS, and EQUITABLE PLACES
Historic places are at their best when they do more than reflect a static past. They truly shine when they tell a story that resonates today. The gold standard: a private development that meets the bottom line while engaging its community, a downtown revitalization that strikes the perfect balance between commercial success and vital public space, or a historic site that rediscovers its relevance by integrating traditional narratives with those of the neglected/oppressed or finds creative new revenue streams that are “on mission.” But how to navigate the choppy waters of this regeneration process?

Topics may include:

  • Heritage-Led Development: Innovative urban or rural examples that are meeting cultural, social, environmental and financial goals;
  • Districts and Main Streets: Business models, technical solutions, financing/fundraising, and collaborative (public/private/non-profit) and creative approaches to regenerating downtowns – especially those in areas of economic/social challenge;
  • Regenerating Historic Sites Innovation in the operation/financial viability of historic sites (e.g. places of faith, house museums) through social enterprises or other creative/financial models;
  • Heritage and Social Equity: How the forces of gentrification that can arise from revitalization initiatives can be addressed and mitigated;
  • Successful Alliances: Examples of heritage groups (e.g. historical societies, museums) and non-heritage groups (e.g. economic development, tourism, environmental) combining forces to save and renew places that matter.

Deadlines
General abstracts Submission CLOSED
APT Student abstracts/scholarship applications are to be submitted by March 31, 2017 at 11:59 PM EST.
Notification of acceptance of abstracts and Student Scholars will be made in April 2017.

Additional Information

APT Student Abstracts and Scholarship Application Guidelines

Click here to start your submission

 


 

Appel de présentations


Une capitale historique et une année mémorable – l’occasion est tout indiquée d’explorer la façon dont les personnes, les politiques et les pratiques de préservation se combinent pour renouveler de façon durable des immeubles emblématiques et créer des lieux dynamiques.

Ottawa sera encore plus intéressante lors des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Saisissant cette occasion historique, l’Association internationale pour la préservation et ses techniques et la Fiducie nationale du Canada unissent leurs efforts pour organiser ce qui devrait être la plus grande rencontre jamais vue au Canada de spécialistes et de promoteurs de la conservation, sous le thème NOTRE CAPITALe, NOTRE PATRIMOINE. Restaurateurs, architectes, bénévoles, ingénieurs, planificateurs du patrimoine, ouvriers spécialisés, responsables des politiques, gestionnaires de travaux de construction, spécialistes de paysages culturels et porte-parole de la communauté se réuniront pour discuter et mettre en valeur ce qui se fait de mieux en matière de technologie, de politiques et de moyens et méthodes de préservation et de renouvellement d’immeubles, de districts, d’ouvrages d’art et de paysages du patrimoine.

Ottawa est un véritable foyer du patrimoine : territoire ancestral de la nation algonquine Anishinabeg, centre de l’industrie du bois au confluent de trois rivières, localité transformée pour devenir le siège du gouvernement national du Canada, aujourd’hui haut lieu de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la haute technologie et creuset de projets innovateurs de conservation, de construction et de mise en valeur dirigés aussi bien par « la ville et l’État » que par les secteurs privé et public. La conférence profitera de ce riche mélange d’histoire, de lieux emblématiques, de rituels et d’expertise qui en fera un événement mémorable et inspirant.

La conférence NOTRE CAPITALe, NOTRE PATRIMOINE, qui s’inscrit sous le sceau de la diversité, présente de formidables possibilités avec ses sept volets : trois volets techniques, trois volets culturels/communautaires et un volet consacré à l’intersection des politiques et de la pratique. Les exposés présentés sous chaque volet thématique aborderont, à petite échelle ou à grande échelle, des sujets tels que les paysages culturels, les inspections non destructives, la défense du patrimoine, l’ingénierie, la durabilité et le financement de projets.

SAVOIR-FAIRE: TECHNIQUES ET TECHNOLOGIE

Pour réussir un projet de réhabilitation et de préservation, nous devons d’abord bien comprendre la situation. Ce volet aborde les faits nouveaux en matière de recherche, de documentation, de mesure, d’inspection non destructive, d’essais, de modélisation et d’outils de diagnostic pour la préservation d’immeubles, d’ouvrages de génie civil et de paysages culturels.
Les sujets suivants pourraient être abordés :
  • Procédés: Pratiques exemplaires pour dresser un relevé du patrimoine, le consigner et l’évaluer, qu’il s’agisse de patrimoine de grande échelle (p. ex., paysages culturels) ou de petite échelle (p. ex., composants d’immeubles, dispositifs, matériaux). Techniques traditionnelles éprouvées aussi bien que technologies émergentes telles que numérisation, photogrammétrie ou modélisation numérique.;
  • Technologie – grande échelle: Trouver le juste équilibre entre méthodes d’inspection non destructives (p. ex., géoradar, thermographie, détection de métal) et méthodes intrusives pour étudier la construction et l’état de composants dissimulés;
  • Technologie – petite échelle: Essais in situ et en laboratoire pour choisir des options de réparation et de remplacement de matériaux et de dispositifs qui soient compatibles sur le plan physique et sur le plan chimique;
  • Gestion de l’information: Collecte et gestion de renseignements utiles à toutes les étapes d’un projet et par la suite, pour l’entretien. L’utilisation de bases de données sur le patrimoine et de la modélisation des renseignements sur un immeuble aux fins de la préservation;
  • Analyse: Comment ces procédés ont-ils changé avec le temps et quelles sont les meilleures méthodes qui ont émergé? Comment ces méthodes et outils peuvent-ils servir dans un éventail de projets, que ce soit pour l’aménagement d’un édifice – à grands frais – ou d’une modeste demeure patrimoniale.
Volet 2 : CONCEPTION – PLANIFIER LA CONSERVATION DE LIEUX HISTORIQUES
L’évolution continue des codes du bâtiment, codes de l’énergie et autres exigences réglementaires peut avoir des répercussions malheureuses pour des immeubles par ailleurs excellents. Ce volet traite de la préservation du tissu patrimonial grâce à des moyens avancés de conservation des matériaux et à l’intégration judicieuse de nouveaux dispositifs pour répondre aux exigences de programmes contemporains et rehausser l’efficacité.
Les sujets suivants pourraient être abordés:
  • Défis à relever dans la conception – grande échelle: Conformité globale aux codes et aux exigences d’accessibilité dans les immeubles historiques;
  • Défis à relever dans la conception – petite échelle: Intégration de nouveaux dispositifs, par exemple de protection sismique, de sécurité, de protection contre les explosions, d’éclairage, d’installations techniques et d’installations électriques;
  • Technology – Micro: In-situ and laboratory testing to select physically and chemically compatible repair and replacement options of materials and assemblies;
  • Techniques d’atténuation: Évaluer et atténuer les répercussions possibles de changements de conception sur le tissu patrimonial en recourant à la modélisation, à des maquettes et à des simulations visant, par exemple, le comportement structural et hygrothermique;
  • Obtention et choix de matériaux: Obtenir des matériaux patrimoniaux qui sont difficiles à trouver sur le marché; choisir et tester des matériaux (p. ex., mortier, bois, métaux), des méthodes et des techniques de réparation compatibles;
  • Matières dangereuses: Évaluer les implications de matières dangereuses (p. ex., plomb, moisissures, amiante) pour les pratiques de préservation;
  • Préserver le moderne: Défis particuliers à relever pour préserver et réhabiliter des immeubles et campus de l’ère moderne; tirer parti des nouvelles lignes directrices de l’APT sur le renouvellement du moderne (p. ex., recours à des indicateurs quantitatifs, faciliter l’utilisation);
  • Durabilité: La préservation du patrimoine comme facteur de durabilité – répondre aux impératifs de la nouvelle économie « sobre en carbone ».
Volet 3 : RÉALISATION – INTERVENIR DANS LES LIEUX HISTORIQUES
Tous les efforts déployés pour comprendre et planifier un projet de préservation peuvent être en vain si la réalisation n’est pas à la hauteur. La collaboration entre les équipes de conseillers et de construction est vitale pour que tout se fasse correctement sur le chantier aussi bien que dans la gestion du projet. Ce volet explore les pratiques exemplaires dans la réalisation, au moyen d’études de cas et en examinant les plus récentes lignes directrices.
Les sujets suivants pourraient être abordés:
  • Protection: Protéger le tissu patrimonial pendant les travaux de construction, en retirant temporairement des éléments ou en installant des enceintes protectrices à environnement contrôlé.;
  • Contrôle de la qualité – grande échelle:Veiller à la bonne exécution des interventions en exigeant du personnel qualifié ainsi que l’utilisation d’outils, de matériaux et de techniques appropriés;
  • Contrôle de la qualité – petite échelle: Surveiller et commander les matériaux et assemblages de construction; contrôler la qualité des procédés dans le laboratoire, en atelier et sur le chantier;
  • Réalisation et gestion de projet: Possibilités à saisir et défis à relever dans les projets de conservation;
  • Surveillance et entretien à long terme: Intégrer le long terme dans les plans;
  • Besoins spéciaux dans les grands projets et les grands ensembles: Défis à relever dans la gestion, besoin accru de collaboration, etc.

INTERSECTION

Volet 4 : POLITIQUES et PRATIQUE
En matière de conservation, la pratique, les mesures, règlements et normes émanant des gouvernements et les préoccupations des collectivités sont étroitement interreliés. Ensemble, ils créent un « climat » qui détermine quels projets sont possibles, quels sont réalisés et comment ils sont réalisés. Ce volet explore le rôle que peuvent et doivent jouer les gouvernements, les ONG, les praticiens et les professionnels à tous les échelons pour créer une culture de la conservation.
Les sujets suivants pourraient être abordés:
  • Projets publics: Projets publics de conservation qui illustrent les meilleures pratiques, par exemple en planification, en approvisionnement, en gestion et en financement (p. ex., grands complexes gouvernementaux, palais de justice regroupés, hôpitaux, hôtels de ville);
  • Politiques publiques:Politiques publiques exemplaires qui créent un climat favorable à la conservation (p. ex., mesures incitatives, élimination d’obstacles, établissement de normes), y compris examens comparatifs des situations au Canada, aux États-Unis et dans d’autres pays;
  • Réglementation et lignes directrices: Comment les codes, le zonage, des crédits fiscaux et autres incitatifs, des systèmes d’évaluation écologique et des lignes directrices compliquent ou facilitent les choses sur les plans des considérations techniques, de la conservation et de la conception;
  • L’action:Comment les professionnels, les responsables des politiques publiques et les ONG peuvent changer la donne pour le patrimoine, mener des projets à bien et assurer l’essor de l’industrie de la conservation.

COLLECTIVITE

Volet 5 : CANADA 150 – PATRIMOINE AUTOCHTONE, DIVERSITÉ et NOUVELLES ORIENTATIONS
Le 150e anniversaire de la Confédération canadienne et l’anniversaire d’autres événements marquants – l’adoption de la National Historic Preservation Act aux États-Unis (1966), la création de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (1919) – présentent l’occasion de réfléchir à l’avenir de la conservation au Canada, aux États-Unis et ailleurs. Le mouvement de la préservation du patrimoine a œuvré pour permettre à un large public d’exprimer l’importance que revêtent des lieux et de travailler pour la protection de ces lieux, mais toutes les perspectives et toutes les traditions n’ont pas reçu la même considération. Comment pouvons-nous mieux intégrer les divers sens des biens culturels et biens du patrimoine et de la propriété pour créer un mouvement pertinent pour notre avenir? Comment pouvons-nous démontrer plus clairement le lien entre conservation du patrimoine et buts sociétaux plus vastes?
Les sujets suivants pourraient être abordés:
  • Échanges entre Autochtones et non-Autochtones: Comment la façon dont les Autochtones abordent le patrimoine et sa protection peut transformer les pratiques non autochtones; comment le secteur du patrimoine participe au mouvement de réconciliation au Canada;
  • Diversité: Intégrer une vision plus vaste du patrimoine qui reflète et met en valeur des antécédents différents sur les plans de la culture, de la religion et des classes sociales; prendre en compte la nature multidimensionnelle des paysages existants, y compris les lieux de conscience.
  • Perspectives changeantes: Réflexions sur les façons élargies de comprendre le « patrimoine » (y compris patrimoine immatériel, patrimoine vernaculaire, création d’espaces) et des buts plus vastes, comme la durabilité.
  • Objet social du patrimoine: Comment la préservation de lieux du patrimoine peut servir à des fins sociales (p. ex., cohésion sociale, santé publique, logement abordable, réconciliation).
Volet 6 : INTÉGRER L’ANCIEN ET LE NOUVEAU – IMMEUBLES, QUARTIERS et PAYSAGES
Aménagement intercalaire, ajout d’annexes, conservation de façades, nouvelle construction dans des paysages historiques... Les défenseurs et les praticiens du patrimoine continuent de débattre de ce qu’est un projet de préservation réussi. Aux États-Unis comme au Canada, les normes de conservation sont fondées sur le principe que les annexes ajoutées à un immeuble historique doivent être compatibles, subordonnées et distinctes. Dans la pratique, l’évaluation d’interventions proposées au regard de ces normes est source de tensions. Où se situe la valeur, et en quoi consiste une conception de qualité respectueuse du contexte?
Les sujets suivants pourraient être abordés:
  • Principes et défis à relever: La mise en pratique de la théorie et des lignes directrices sur la conservation; réflexions sur des questions comme la conservation des façades et le déplacement d’immeubles;
  • Ajout d’annexes et réutilisation adaptée: Les enjeux qui surviennent dans les nouvelles interventions – aussi bien visuelles que physiques – touchant les immeubles importants du patrimoine et le tissu urbain historique;
  • Paysages culturels: Insertion de nouveaux immeubles, de nouvelles dimensions ou de nouveaux usages dans des paysages culturels;
  • Intensification: Gérer l’intensification dans les quartiers patrimoniaux;
  • Outils et action: Examen des outils disponibles : répertoires des biens du patrimoine, lignes directrices, etc.; exemples innovateurs d’action communautaire concourant à des interventions réussies dans des lieux historiques.
Volet 7 : RÉGÉNÉRATION – COLLECTIVITÉ, ÉCONOMIE et LIEUX ÉQUITABLES
Les lieux historiques prennent toute leur valeur quand ils font plus que refléter un passé figé. Ils brillent véritablement quand ils racontent un récit qui est pertinent aujourd’hui. L’étalon-or : un projet d’aménagement privé qui est rentable tout en ralliant la communauté; la revitalisation d’un centre-ville qui concilie succès commercial et espace vital pour le public; ou un site historique qui redécouvre sa pertinence en intégrant des récits traditionnels et les récits de publics négligés ou opprimés, ou qui trouve de nouvelles sources de revenus concordant avec une « mission ». Mais comment naviguer dans les eaux agitées de ce processus de régénération?
Les sujets suivants pourraient être abordés:
  • Aménagement inspiré par le patrimoine: Exemples innovateurs, en milieu urbain ou rural, qui répondent à des buts culturels, sociaux, environnementaux et financiers;
  • Quartiers et rues principales: Modèles d’entreprise, solutions techniques, financement/collecte de fonds et méthodes collaboratives (public-privé-sans but lucratif) et créatives dans la régénération de centres-villes – surtout dans des régions aux prises avec des difficultés économiques et sociales;
  • Régénération de lieux historiques Innovation dans la gestion et la viabilité financière de lieux historiques (p. ex., lieux de culte, maisons-musées) par le biais d’entreprises sociales ou d’autres modèles financiers créatifs;
  • Patrimoine et équité sociale: Comment les forces de l’embourgeoisement susceptibles d’apparaître par suite de projets de revitalisation peuvent être prises en compte et atténuées;
  • Alliances fructueuses: Exemples de groupes du patrimoine (p. ex., sociétés d’histoire, musées) et de groupes d’autres domaines (p. ex., développement économique, tourisme, écologie) unissant leurs forces pour sauver et renouveler des lieux qui importent
Les demandes de résumés / bourses d'études de l'APT doivent être soumises d'ici le 31 mars 2017 11:59 PM EST. CLOSED
La notification de l'acceptation des résumés et des bourses d'études sera faite en avril
 
 
 
 
 
 
 
 
 


2017 Conference Video