Vue d’ensemble de Confèrence

Un conduit aux connexions, à la créativité et à la collaboration

Congrès de l’APT 2014 à Québec
Du 26 au 29 octobre 2014
Fairmont Le Château Frontenac

Métissage, le thème de cette année, reflète à la fois l’esprit de cette ville historique qu’est Québec et l’esprit qui oriente ce Congrès intitulé L’Union féconde des différences. Le Congrès 2014 de l’APT à Québec est donc une occasion de réfléchir au concept de métissage appliqué à l’environnement bâti et d’apprendre et d’explorer la contribution de chacun d’entre nous au domaine. De plus, les participants pourront accumuler l’équivalent d’une année entière en crédits de formation. Le Congrès et ses activités connexes permettent en effet de diffuser les enseignements découlant d’une ville très riche sur le plan historique, mais aussi en perpétuel changement.

Programme Sommaire
Crédits de Formation Continue
Thèmes du Congrès


CRÉDITS DE FORMATION CONTINUE
Si vous participez à l’ensemble des activités du Congrès (soit les deux discours thèmes, toutes les conférences, une journée et une demi-journée de terrain et un atelier), vous accumulerez 27 crédits de formation continue (CFC), soit 18,50 $ US par crédit pour les membres de l’APT qui s’inscrivent tôt. Si vous n’assistez qu’aux conférences et aux discours thèmes, vous obtiendrez 10 CFC, ce qui représente aussi une excellente occasion d’apprentissage à 50 $ par crédit.

Les crédits de formation continue offerts tout au long du Congrès comptent comme :
• unités d’apprentissage (LU ou learning units) de l’American Institute of Architects (AIA);
• heures de perfectionnement professionnel (professional development hours ou PDH) du programme de formation continue (Registered Continuing Education Program ou RCEP) des ordres d’ingénieurs des É.-U. (U.S. Engineers);
• crédit de formation continue exigée par les ordres d’architectes du Canada (par réciprocité avec l’AIA).

PERSPECTIVES
La notion de métissage sera explorée sous les angles de trois échelles d’intervention (territoire, bâtiment et tectonique) et d’une gamme de structures, allant du patrimoine vernaculaire au monumental. 

A. Le territoire : échelle supérieure
Le territoire renvoie aux enjeux à grande échelle, soit ceux qui couvrent l’aménagement d’un pays, d’une région ou d’une ville. Il renvoie aussi aux décisions fondatrices et aux politiques publiques actuelles qui établissent les cadres juridiques, économiques et sociaux régissant l’occupation des lieux et les activités humaines.

Il s’agit ici d’explorer les traditions et les types d’aménagement de l’environnement bâti adoptés (constructions et infrastructures) qui définissent le patrimoine territorial. Comment comprendre leur adaptation au fil du temps? Quels sont les pressions et les besoins actuels qui favorisent ou qui menacent la revitalisation et l’expansion de ce patrimoine territorial, plus précisément les paysages culturels et agricoles, les sites et les districts historiques, les campus et les politiques de développement?

B. Le bâtiment : échelle intermédiaire
L’échelle des bâtiments est au cœur du projet de préservation du patrimoine. Les communications sur ce sujet traiteront de la typologie des bâtiments (traditionnels, hybrides, contemporains), de leur genèse et de leur évolution au fil du temps. Un défi courant s’impose aux croisements des difficultés techniques et de leur adaptation aux besoins actuels.

Cette perspective est celle du bâtiment comme ensemble (fondations, structure, enveloppe, finition intérieure et systèmes de construction) intégré et équilibré. Les questions de préservation et de mise en valeur sont présentées en lien avec chaque composante du bâtiment autant qu’au regard des interrelations entre les différentes composantes (sous-ensembles).

Toute intervention doit être planifiée dans le contexte d’une compréhension globale du bâtiment et doit avoir pour but de conserver ou d’atteindre un nouvel équilibre durable.

C. La tectonique : microéchelle (le degré de compatibilité dans l’agencement de différents matériaux)
L’échelle tectonique concerne les défis que pose le recours aux techniques traditionnelles et contemporaines. Ce volet concerne les notions de compatibilité, de rendement et de durabilité des matériaux. Les matériaux de construction seront d’autant mieux conservés et protégés si on saisit bien leur cycle de vie naturel, les mécanismes de leur détérioration, le savoir-faire qui a présidé à leur façonnage et à leur utilisation et si on s’occupe de les entretenir périodiquement et d’une manière réfléchie et planifiée.

La rareté des matériaux de qualité et du savoir-faire, l’évolution des techniques (souvent expérimentales ou carrément erronées) et l’entretien tardif ont entraîné, et entraînent toujours, des difficultés de conservation.

APT 2014 à Québec
Québec: Bon à Savoir
Contactez-nous

Photo by Claudel Huot

SEIGNEURS

(Benefactors and Specialty Sponsors)

MAÎTRES

(Partners and Specialty Sponsors)

COMPAGNONS

(Sponsors)